Prévisions & Suivi en temps réel

2020 : vers l'année la plus chaude en France ?

Le réchauffement climatique n'est plus à démontrer. Nous vivons une période qui tend de plus en plus vers l'exceptionnel à chaque année qui passe. Nos hivers ne sont plus ce qu'ils étaient il y a seulement 30 ou 40 ans et les canicules deviennent normales et récurrentes chaque été alors qu'elles étaient très rares il y a peu. Nous remarquons aussi que la population s'habitue malheureusement très vite. La douceur en hiver est "normale car on a toujours eu de belles journées dans le Sud en hiver". Les 40°C ne sont pas encore acceptés mais "nous avons plutôt 33 ou 34°C normalement".

Peut-être, sans doute, que ces affirmations deviendront très rapidement vraies. Pour autant, un exemple avec la station de Nîmes (souvent prise en exemple car les données sont fiables et anciennes). La moyenne des températures maximales sur la période 1981-2010 début août est de ... 31°C ! Elle descend ensuite à 28°C pour une fin août. Il y a encore 10 ou 20 ans, atteindre 35°C était exceptionnel.

Source : Météo-France

Ci-dessus, le graphique les canicules selon leur durée et leur intensité. Ainsi, si des canicules ont déjà eu lieu dans le passé en 1947, 1976 ou encore 1975, elles sont encerclées de dates récentes, juin 2019, juillet, 2019, août 2020, 2005, 2003, 2018, 2006 pour ne citer qu'eux. Cela démontre que l'exceptionnel devient progressivement la norme. Il faut savoir que cette année 2020 bat un autre record : celui du nombre de mois consécutifs supérieures aux moyennes de saison. Si la canicule n'a pas battu celle de 2003, la chaleur est plus présente dans la durée sur l'année.

A l'échelle nationale, août 2020 termine avec une anomalie de +2°C. Il s'agit du 15e mois d'affilé plus chaud que la norme. Il faut donc remonter à mai 2019 pour trouver un mois plus frais. La période janvier-août 2020 est actuellement la période la plus chaude jamais mesurée en France (données Météo-France). Avec une température moyenne de 14,99°C, nous sommes 1,76°C au-dessus des la moyenne 1981-2010, loin devant 2003 à 14,63°C (+1,4°C) et 2018 à 14,59°C (+1,36°C).

Source : Météo-France

Qu'en sera-t-il de la fin d'année ? Il faudrait un temps historiquement froid pour inverser la tendance. Il est encore impossible de donner une tendance fiable pour la fin de l'automne et le début de l'hiver. Pour autant, il est actuellement difficile d'annoncer un temps plus frais que la normale. Même avec un contexte météorologique très classique (comme cet été), la chaleur est bien là.

Il en est de même pour l'hiver où parfois le "Moscou-Paris" se met en place. Les températures chutent mais moins qu'avant et la durée du froid est moins importante qu'il y a des dizaines d'années. C'est un fait. La météo n'est pas une science exacte mais la climatologie l'est, à l'aide de statistiques complètes et fiables. En attenant, la chaleur se poursuit sur notre région avec encore des maximales bien au-dessus des 30°C ce samedi.

Partager sur