Prévisions & Suivi en temps réel

RETOUR D'EXPÉRIENCE : ÉPISODE DILUVIEN DU 23 AOÛT 2015 (HÉRAULT-GARD)

(c) Maroquinerie Armaño
(c) Maroquinerie Armaño

RÉSUMÉ : PLUIES DILUVIENNES, RUISSELLEMENTS, INONDATIONS, RAFALES DESCENDANTES ET UNE TORNADE

Un système orageux particulièrement violent a concerné les départements de l'Hérault et du Gard le dimanche 23 Août 2015. Dès le début d'après-midi, cet orage à propagation rétrograde a généré des lames d'eau voisines de 200 mm en seulement 2 heures à proximité de Lodève (34). Peu après, c'est Montpellier et les communes périphériques qui ont subi le déluge avec des cumuls de 140 à 180 mm dans le même laps de temps. Il est à noter que la station météorologique de Montpellier-Fréjorgues a pulvérisé son record de pluviométrie en 30 minutes (64 mm, soit une intensité moyenne de 128 mm/h) mais aussi en une heure glissante (108.1 mm). L'ancien record, déjà incroyable, avait été atteint le 29 septembre 2014 lors des terribles inondations avec 96.8 mm. De façon générale, les lames d'eau se sont situées entre 70 et 150 mm sur l'Est de l'Hérault et le Sud du Gard (voir carte 1 ci-dessous). En milieu d'après-midi, l'orage a évolué vers une structure convective de type LEWP (de l'anglais Line Echo Wave Pattern) à la frontière de l'Hérault et du Gard, dans les environs de Lunel. Ce type de structure est caractérisée par un orage initialement rectiligne qui ondule jusqu'au point de ressembler à une vague sur les imageries radar. Généralement, les LEWP sont à l'origine de rafales de vent destructrices. Malheureusement, ce cas n'a pas dérogé à la règle : ce sont de véritables rafales descendantes qui se sont abbatues dans les environs de Lunel, supérieures à 90 ou 100 km/h au regard des dégâts reportés. Ce n'est pas tout ! une tornade de très faible intensité (EF0, soit des vents de 105 à 135 km/h) s'est produite sur la commune de Villetelle (Hérault), avec des dommages importants sur un couloir de 35 mètres de large et 700 mètres de long.  Le bilan de cet épisode diluvien est lourd : deux personnes âgées emportées et noyées dans leur véhicule, des dizaines de véhicules noyés, des maisons sinistrées...


Image titleCarte 1 : cumuls de précipitations du dimanche 23 Août 8h au lundi 24 Août 8h. Source : Météo-France.


UN ÉPISODE DILUVIEN DE TYPE "MÉDITERRANÉEN" : RUISSELLEMENTS URBAINS ET MISE EN CHARGE BRUTALE DU RÉSEAU HYDROLOGIQUE

L'épisode diluvien du 23 Août 2015 est un épisode de type "méditerranéen". En ce sens, ce sont les plaines qui ont été les plus sévèrement concernées par les lames d'eau importantes. Le terme d'épisode "cévenol" n'est pas adapté étant donné que les Cévennes n'ont pas été impactées par les forts orages. Les fortes précipitations observées en un court laps de temps ont suscité des réactions parfois marquées sur le réseau hydrologique. Ainsi, à Lodève, le débit de la Lergue est passée 1 m3/s à 62 m3/s entre 10h30 et 14h ! (voir image 2). Peu après, le Lez est aussi passé d'un débit proche de 1 m3/s à 68 m3/s et cela en seulement 1h45 (voir image  3). De façon générale, ce sont tous les ruisseaux qui se sont subitement activés, avec une mise en charge suffisamment brutale et intense pour générer des débordements dommageables. Ces réponses rapides sont associées à des "crues éclairs", particulièrement dangereuses pour les populations. C'est dans ces conditions que les deux personnes sont décédées à Montpellier, emportées par le Verdanson en crue. 

Image titleImage  2 : La lergue à Lodèle (34) - Vigicrue


Image titleImage 3 : Le Lez à Montpellier (34) - Vigicrue



PRÉVISIBILITÉ DE CET ÉPISODE SUR MÉTÉO-LANGUEDOC

L'épisode pluvio-orageux a été anticipé une semaine à l'avance par l'équipe de prévisionnistes de Météo-Languedoc. Un premier article a été diffusé le 16 Août pour évoquer un potentiel épisode pluvio-orageux intense pour le week-end suivant. Le 18 Août, un nouveau article a été diffusé sur notre site. Il confirmait le risque orageux pour le 23 et 24 Août mais la sévérité de l'épisode avait été revue à la baisse. Dès le 20 Août, nous évoquions la possibilité d'orages très fortement pluvieux, mais davatage à proximité des Cévennes. Les 21 et 22 Août, nos articles n'ont cessé de confirmer le potentiel diluvien des orages attendus, avec en ligne de mire les départements de l'Hérault et du Gard. On peut donc constater que cet épisode a été anticipé une bonne semaine à l'avance. Seul bémol, les modèles de prévision ne laissaient pas suggérer que le littoral serait aussi fortement impacté. Cela montre au combien la météorologie n'est pas une science exacte : il est possible de dire que l'environnement atmosphérique est favorable à la genèse d'orages violents, mais on ne sait toujours pas les localiser avec précision.


    NOTRE PREMIÉRE CARTE DES RISQUES

C'est à cette occasion que nous avons pu lancer notre première carte des risques, le dimanche 23 Août à 10h00 locales. Un premier bulletin a été proposé :

"Bulletin de prévisions à 10h00 : des orages potentiellement diluviens et stationnaires sont attendus cet après-midi et ce soir sur l'Hérault, le Gard et les Cévennes. Les lames d'eau modélisées pourront atteindre sous les cellules les plus vigoureuses 60 à 80 mm en 1 heures, 120 à 150 mm en 3 heures et plus de 200 mm en 6 heures. Un doute subsiste quant au fait de savoir si les plaines littorales seront impactées mais à l'heure de rédaction de ce bulletin, le risque est suffisamment important pour justifier une première carte des risques. A contrario, le bord de mer pourrait rester épargné. Sous les orages les plus intenses, des ruissellements significatifs sont probables sur les chaussées et dans les zones urbanisées. Aussi, les cours d'eau du réseau hydrologique secondaire (rivières de dimension modeste, ruisseaux généralement secs, cadereaux, fossés) pourront connaître des montées subites et une mise en charge brutale, avec risque d'inondations localement dommageables. Une actualisation de la carte des risques est prévue pour le début d'après-midi."

En cours d'après-midi, compte tenu de l'évolution de l'orage en temps réel, notre équipe place Montpellier et les communes périphériques en "risque avéré" de ruissellements - inondations, avec risque de dommages sur les structures et de pertes humaines... (voir image 4)

Image title

Image 4 : Carte des risques diffusée lors de l'épisode diluvien du 23 Août 2015 sur www.meteolanguedoc.com


    UNE ÉQUIPE S'EST DÉPLOYÉE SUR LE TERRAIN

Après un réveil très matinal pour affiner les prévisions, l'équipe se met en chasse à la mi-journée et se diriger vers Soumont, où il tombe plus de 200 mm en deux heures. Plus de réseau téléphonique, des routes malmenées par les coulées de boue, nous décisons alors de nous diriger vers la plaine Montpelliéraine. Routes inondées, voitures noyées, torrents boueux... tout autant de problèmes rencontrés pour sortir de Montpellier. L'orage évoluant ensuite vers le plaine Nîmoise et les Costières, nous nous sommes dirigés à Lunel, où les chaussées étaient inondées, puis sur le chemin des Canaux entre Vauvert et Caissargues dans le Gard. Les images de notre "traque" en vidéo :


L'équipe est en direct de Montpellier, près des facultés. La situation devient critique, avec plusieurs véhicules noyés. L'orage se dirige vers le sud de la plaine Nîmoise ainsi que vers les Costières.

Posted by Météo Languedoc on dimanche 23 août 2015



L'équipe est à hauteur de Lunel, oú certaines routes sont encore inondées. L'orage a également été très venteux: de nombreuses branches d'arbre sont au sol.

Posted by Météo Languedoc on dimanche 23 août 2015



L'équipe est entre Aubord et La Bastide (Gard). Prudence, le chemin des canaux est sur le point d'être coupé à la circulation en raison de forts ruissellements.

Posted by Météo Languedoc on dimanche 23 août 2015

   


CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES A L'ÉCHELLE SYNOPTIQUE ET MÉSO-ÉCHELLE OBSERVÉES CE 23 AOÛT

Les épisodes diluviens méditerranéens ou cévenols ne sont pas rares en Languedoc-Roussillon. Ce qui est plus atypique, c'est que cet épisode diluvien est survenu à la fin Août, c'est à dire durant l'été. D'autres épisodes similaires ont été observés par le passé, mais ils sont nettement plus rares qu'en automne, durant le trio septembre - octobre et novembre.

A l'échelle synoptique (à grande échelle) la configuration météorologique était caractérisée par un talweg d'altitude peu mobile sur l'Atantique, avec divers creusements dépressionnaires secondaires sur le golfe de Gascogne et le Languedoc (voir image 5). Tandis que le flux de Sud-Ouest s'est renforcé en altitude, les vents ont pivoté au secteur Sud-Est en surface. Par conséquent, l'atmosphère est devenue particulièrement cisaillée, avec un cisaillement à la perpendiculaire entre le flux géostrophique (5000 m d'altitude) et celui de basses-couches (1000 m). L'analyse de méso-échelle suggérait par ailleurs que l'Hérault et le Gard étaient positionnés en sortie gauche d'une vigoureuse branche de courant jet à 10 000 m d'altitude. Le flux est donc devenu diffluent en altitude, pendant une douzaine d'heures. Ce forçage est favorable aux orages durables et stationnaires, d'autant plus que l'alimentation en air chaud et humide s'est maintenue durablement au sein du flux de Sud-Est (au sol). Couplés à une instabilité importante (800 à 1.200 J/kg de MUCAPE), ces forçages sont à l'origine de ce déluge...


Image titleImage 5 : Géopotentiels et Pression au sol par le modèle GFS, sur Météociel. Schéma : Météo-Languedoc.



Partager sur