Prévisions & Suivi en temps réel

L’ANNÉE 2000 : UNE TORNADE AUX PORTES DE MONTPELLIER

© Mairie de Montpellier

RÉSUMÉ  


    Le 19 Septembre 2000 aux alentours de 15h, une tornade meurtrière se forme aux portes de Montpellier et traverse la partie Est de la ville, notamment le quartier Port-Marianne. Cette catastrophe s'inscrit lors d'un épisode fortement pluvieux sur la région. Le bilan humain s'avère dramatique car ce sont trois personnes qui perdent la vie lors d'une chute de grue. Les dégâts matériels recueillis font état de deux cents platanes couchés sur les bords du Lez ainsi que des préfabriqués endommagés ont permis de classer cette tornade d'une intensité du haut de l'échelon EF2 soit des vents compris entre 175 et 220km/h.  Il est a noter aussi qu'une autre tornade a été recensée sur la commune de Saint-Drézéry dans l'Hérault classée elle aussi EF2 sur l'échelle améliorée de Fujita.

    CHRONOLOGIE

    Le ciel est gris le matin du 19 Septembre 2000, le vent marin souffle fort et apporte de nombreuses entrées maritimes sur la région Languedoc-Roussillon et plus particulièrement sur l'Est de l'Hérault. Les épisodes dits méditerranéens ou cévenols sont courant durant l'automne. Ce jour-ci, ce sont des trombes d'eau qui s'abatent sur la ville de Montpellier. De nombreux témoins  font état d'un orage fort et localisé sur la ville et les communes limitrophes. Aux alentours de 15h00 locales, une tornade est aperçue par de nombreux habitants. Des toitures arrachées, des arbres déracinés mais aussi des grues de chantier sont couchées par la force du vent dont la plus importante, haute de 35m tuant 3 personnes. Cette tornade est alors la plus meurtrière depuis celle de 1967 tuant 8 personnes dans la région Nord-Pas-de-Calais. Après analyse, il s'avère qu'il s'agit d'une trombe marine qui a pris naissance en mer non loin de la cathédrale de Villeneuve-les-Maguelone avant de rentrer dans les terres (c'est pourquoi on parle de tornade) et de se diriger selon un axe Sud-Ouest / Nord-Est en direction de Montpellier. Son parcours se situe alors juste à l'Ouest de Lattes et traverse la partie Est de Montpellier avant de finir sa course sur la commune de Castelnau-le-lez soit une distance de près de 15km.


IMAGERIE RADAR DURANT L'ÉPISODE


Image title

    CONTEXTE MÉTÉOROLOGIQUE


    Lorsque l'on s'intéresse au contexte purement météorologique, nous pouvons tout d'abord observer  un environnement propice au déclenchement d'épisodes fortement pluvieux. A l'échelle synoptique, le positionnement des différents centres d'actions sont idéalement placés :

Image title

    Une grande dépression située sur l'Irlande entraine un profond talweg (prolongement de la dépression) plongeant sur la France. Celui-ci matéralisé par la flèche bleue entraine un flux de Sud-Ouest en altitude. De plus, une méso-dépression s'est creusée au large du Golfe du Lion et entraine un flux de Sud-Est au sol croisant perpendiculairement le flux en altitude. On parle alors de cisaillements des vents et ce paramètre est essentiel à la formation de phénomènes tourbillonnaires. D'autant plus, ce flux de Sud-Est entraine également de l'air venu de Méditerranée doux et humide. Celui-ci, conjugué à l'air plus froid en altitude destabilise la masse d'air et contribue au développement d'orages fortement pluvieux. Ce contexte est alors favorable à la naissance d'épisodes pluvieux associés à divers phénomènes. Toutefois, de nombreux paramètres très locaux entrent en jeu pour déterminer la probabilté d'évènements difficilement prévisible comme une tornade.

    En conclusion, cet épisode démontre le potentiel tornadique que représente le département de l'Hérault qui figure parmi les départements Français qui regroupent le plus de cas de tornades durant le dernier siècle.



Partager sur