Prévisions & Suivi en temps réel

Inondation à Saint-Gilles le 1er octobre 2016

© Lozun Berjon pour Météo-Languedoc

Le 1er octobre 2016, la commune de Saint-Gilles dans le Gard se retrouve sous les eaux. Les cumuls atteignent localement 140 mm dont 90 mm en seulement une heure. Cette lame d'eau horaire très intense a permis la formation de ruissellements urbains inondant les rues de la commune. Cet épisode est loin d'être remarquable en termes d'intensités pluvieuses. Toutefois nous avons voulu revenir sur le déroulement de celui-ci afin de mieux comprendre la notion de prévisions météorologiques et de eurs incertitudes tout expliquant le fonctionnement de la vigilance de Météo-France.

Revenons en premier lieu sur les conditions météorologiques à l'échelle de l'Europe. Un talweg de courte longueur d'onde aborde notre pays. Celui-ci amène de l'air frais en altitude. Dans le même temps, une méso-dépression se constitue dans le Golfe du Lion générant un flux marin doux et humide. Ces conditions, classiques, sont favorables à la constitution d'orages méditerranéens. Les modèles (voir carte ci-dessous) modélisent un risque d'orages fort entre l'Est de l'Hérault, le Gard et les Bouches-du-Rhône. 

Source : Météociel

C'est donc en toute logique que Météo-France déclenche une vigilance orange sur le Gard et les Bouches-du-Rhône le 30 septembre à 16h00 pour un risque orageux prévu le lendemain. Le pic d'activité orageuse est attendue entre la mi-journée et le début d'après-midi (voir modélisation pour 14h ci-dessus). Pourtant, le 1er octobre à 14h00, la situation est assez calme. Quelques averses orageuses circulent localement mais les orages potentiellement forts ne se sont pas développés comme prévu (voir carte de gauche ci-dessous).

Par conséquent et étant donné que la situation n'est pas celle attendue, à 16h00 le Gard est rétrogradé en vigilance jaune par Météo-France. C'est dans ce type de configuration que beaucoup d'entre vous pensent "encore une vigilance orange pour rien". En effet, dans l'après-midi, le soleil brille sur plusieurs villes de la région comme Montpellier ou Nîmes donnant l'impression d'une belle journée ensoleillée. Pourtant, à 18h00, un orage stationnaire se constitue sur Saint-Gilles alors qu'à seulement quelques kilomètres de là, le soleil brille toujours sur Nîmes.

Source : Radar Infoclimat

Les procédures sont trop longues et complexes pour rétablir une vigilance orange de dernière minute pour un orage si localisé. En effet, comment justifier un nouveau passage en vigilance orange alors que la majorité du département profite d'un beau soleil ? C'est donc en vigilance jaune que la commune de Saint-Gilles se retrouvent sous de fortes pluies stationnaires générant des ruissellements urbains importants. Voici les images :

Au final, quelques personnes sont secourues mais les dégâts sont heureusement que matériels. Nous sommes revenus sur cet épisode non pas par sa violence mais surtout pour comprendre le fonctionnement d'une prévision orageuse souvent complexe. En effet, alors que les modèles prévoyaient un risque orageux vers 14h, celui-ci est intervenu vers 18h. De plus, alors que Saint-Gilles était inondé, la majeure partie de la région était sous le soleil et ce, même à quelques kilomètres de là. Les vigilances météo font état d'une probabilité de phénomènes forts mais rares sont les orages touchant tout un département d'un seul coup. C'est pourquoi il faut comprendre que ce n'est pas parce qu'il ne pleut pas chez vous, que les prévisions étaient fausses.

Partager sur