Prévisions & Suivi en temps réel

Votre météo pour fin décembre : à quoi faut il s'attendre ?

Kayak Vert à Collias

Le 30 novembre, nous avions réalisé un article sur les prévisions météorologiques du mois de décembre. Nous indiquions, pour cette première quinzaine, une forte probabilité de conditions anticycloniques durables, avec des phénomènes d'inversions thermiques. Ce fut le cas, avec une pression atmosphérique régulièrement au dessus des 1030 hPa (voir la carte ci-dessous). Durant cette première décade, les températures minimales ont été fraîches en plaine avec de nombreuses gelées tandis que les maximales sont restées douces et souvent 3°C au dessus des normes de saison. Si ces conditions ont été correctement anticipées par nos prévisionnistes, à quoi faut-il s'attendre pour les prochaines semaines ? 

Pression atmosphérique observée ce 10 décembre. Source : Pivotal WeatherPression atmosphérique observée ce 11 décembre. Source : Pivotal Weather

Les tendances météorologiques pour la deuxième quinzaine de décembre sont plus délicates à anticiper. La configuration atmosphérique que l'on observe actuellement à l'échelle de l'hémisphère Nord est relativement atypique. En ce 11 décembre, nous observons un rail anticyclonique particulièrement solide entre l'Espagne et l'Allemagne, passant par la France. Les décrochages arctiques, froids et neigeux, ont concerné l'Europe du Centre et de l'Est, ainsi que dans une moindre mesure les Balkans. Dès lors, l'Eurasie est aujourd'hui bien enneigée avec des températures sous les normes de saison. Ceci est à considérer pour la suite de notre hiver. 

Dans ce contexte, les flux zonaux (vents d'Ouest) qui dominent habituellement en cette période sur notre continent sont bloqués loin sur l'Atlantique. Ceci permet aux masses d'air froid de s'accumuler sur l'Europe de l'Est et de limiter la hausse des températures malgré la puissance de l'anticyclone. Pour les prochaines semaines, les prévisionnistes de Météo Languedoc surveillent plusieurs scénarios possibles. Ces possibilités, décrites ci-dessous, sont à considérer avec pincettes en raison d'une échéance lointaire et d'une fiabilité médiocre.

- Le week-end prochain (17/18 décembre) : possible système dépressionnaire sur le bassin méditerranéen. L'anticyclone qui nous protège actuellement des perturbations devrait remonter vers la Scandinavie. Dans le même temps, les anomalies en position sur l'Europe de l'Est pourraient glisser sous cet anticyclone, en direction de la mer Méditerranée. Ce scénario devrait favoriser le possible développement d'un système dépressionnaire entre l'Espagne et les Baléares, dans une atmosphère assez fraîche. Le temps devrait donc se dégrader le week-end prochain avec des nuages, des températures de saison et potentiellement de bonnes pluies sur une partie de la région, avec une probabilité plus importante près des Pyrénées où la neige devrait tomber en moyenne montagne.  Un épisode de fortes pluies n'est pas exclu sur le Roussillon. L'emplacement du système dépressionnaire et son dynamisme conditionneront cette dégradation. Nous y reviendrons très prochainement sur nos réseaux sociaux

Image titleModèle météorologique GFS pour le week-end prochain. Source carte : MétéoCiel

- Le week-end de Noël : potentiellement un anticyclone moins puissant et des températures de saison. Deux scénarios principaux sont retenus pour Noël. D'une part, la poursuite d'un temps anticyclonique sur la France avec tout de même une baisse des champs de pression par rapport à ce que l'on connaît en ce moment, comme la carte ci-dessous l'atteste. Dans ce contexte, le beau temps pourrait globalement se maintenir durant cette période, avec des températures minimales fraîches (gelées possibles en plaine) et des maximales douces. D'autre part, nous surveillons la possibilité que le système dépressionnaire qui est attendu durant le week-end précédant Noël arrive à se maintenir sur le bassin méditerranéen, favorisant de nouvelles remontées nuageuses et pluvieuses sur notre région. Ce scénario, moins probable, s'accompagnerait de températures minimales plus douces en raison de la nébulosité mais de maximales de saison. Ainsi, la probabilité d'avoir un Noël "chaud" (dans le sens largement supérieur aux normes thermiques de saison) semble plutôt faible. Nous devrions rester dans les normales saisonnières. 

Image titleModèle météorologique GEFS pour Noël. Source carte : MétéoCiel


- Le week-end du jour de l'an : mise en place d'un hypothétique blocage Nordique. Les prévisions pour cette fin d'année sont encore plus délicates à anticiper. Pour le moment, il semble que les flux zonaux (vents d'Ouest) ne parviennent pas à s'installer sur l'Europe Occidentale, dont la France. Les masses d'air froid devraient continuer de s'accumuler sur l'Europe du Centre et de l'Est, tout en restant en "embuscade" à proximité de notre pays. Dans le même temps, l'anticyclone qui persiste depuis plusieurs semaines sur notre pays est susceptible de gagner les hautes latitudes, en direction de la mer de Norvège et/ou de la Scandinavie.  Ce scénario, encore très incertain, laisse planer le doute d'une baisse des températures entre la fin d'année et début 2017 si les vents d'Est arrivent à s'organiser sur l'Europe... ! Nous y reviendrons d'ici là. 

Image titleModèle météorologique CFS pour fin 2016. Source carte : MétéoCiel


En conclusion, si la première quinzaine de décembre a été plutôt facile à anticiper, il apparaît que l'autre moitié est plus difficile à prévoir, induisant une fiabilité médiocre. La proximité de l'air froid sur l'Europe du Centre et l'absence de vents zonaux en ce début d'hiver favorisent des températures minimales proches des normes de saison le matin et légèrement au dessus l'après-midi. Progressivement, l'anticyclone pourrait légèrement faiblir et le contexte devenir plus dépressionnaire sur le bassin méditerranéen. Aucun signal franchement hivernal n'est entrevu pour cette période, bien que l'élévation des hautes pressions vers la mer de Norvège et la Scandinavie est un élément qui est souvent à l'origine des vagues de froid continentales. Ce sera à surveiller pour la suite de l'hiver. Par ailleurs, il est à souligner que les modèles météorologiques que nous utilisons évoluent beaucoup en ce moment avec une versatilité importante d'une actualisation à l'autre. Cette prévision n'est donc qu'une tendance qui méritera d'être affinée prochainement. 


Partager sur