Prévisions & Suivi en temps réel

Vague de froid sur la France ? Nos dernières prévisions

Météo Languedoc
Météo Languedoc

Ce mercredi, le redoux s'est amorcé avec des températures maximales qui se sont élevées entre 12 et 13°C en plaine.  Demain, malgré des passages nuageux parfois nombreux, il s'agira de la journée la plus douce de la semaine. On ne parlera plus de gel au lever du jour et les maximales s'approcheront à nouveau de 13°C en plaine. Il faudra bien en profiter car dès vendredi, nous repasserons sous les normes de saison. Ci-dessous, retrouvez une carte qui résume la configuration météorologique pour demain : 

Image titleCarte : configuration météorologique attendue ce jeudi. Source : MétéoCiel

Le changement de temps va s'opérer ce vendredi. En effet, une dorsale anticyclonique va se constituer sur l'Atlantique et remonter progressivement vers l'Islande. Il s'agit de la première étape "délicate" pour la mise en place d'une descente arctique sur l'Europe. Cette étape est modélisée unanimement ce mercredi ce qui est gage d'une bonne fiabilité. Cette élévation des hautes pressions sur l'Atlantique va faire basculer le flux au secteur Nord / Nord-Ouest sur l'Europe, avec une intrusion d'air froid d'origine marine (venue de mer du Nord) sur la France :

Image titleCarte : configuration météorologique attendue ce vendredi. Source : MétéoCiel



Les premières incertitudes débutent ce week-end, sur l'emplacement de la dépression principale. L'anticyclone devrait remonter plus franchement sur le proche Atlantique et amorcer sa phase de progression en direction de la Grande-Bretagne puis de la Scandinavie. Ce passage est périlleux car l'alimentation de l'anticyclone va se faire à proximité immédiate de la France, pouvant à tout moment annihiler le potentiel de vague de froid. Malgré ce, les basses pressions continentales devraient s'accumuler entre l'Allemagne, la Suisse et l'Italie, en débordant largement sur une bonne moitié Est de la France. Dans ce contexte, le refroidissement devrait s'accentuer avec le retour de bonnes gelées, d'un vent sensible, de températures maximales 4 à 5°C sous les normes. Au sein de ce flux, des averses de neige devraient concerner les reliefs de notre région à toutes altitudes. Bien que cela soit encore incertain, quelques averses pourraient déborder dans l'intérieur des terres durant le week-end. Cela restera à préciser d'ici là... La carte suivante illustre les conditions météorologiques pour ce dimanche : 

Image titleCarte : configuration météorologique attendue ce week-end. Source : MétéoCiel

Concernant la semaine prochaine, la situation a peu évolué par rapport à hier. L'immense majorité des scénarios privilégient une semaine très froide, avec des températures largement sous les normes de saison (parfois de près de 8 à 10°C). L'anticyclone devrait migrer en direction de la Scandinavie ce qui est la configuration météorologique par excellence pour espérer des conditions hivernales sur l'Europe. Ainsi, la France devrait rester sous l'influence d'un flux d'Est à Nord-Est plus ou moins dynamique. Ci-dessous, retrouvez comme hier un montage des deux principaux modèles, à savoir GFS (centre Américain) et CEP (centre Européen) : 

Image titleCarte : Montage entre les deux modèles principaux. Source : MétéoCiel

Le dénominateur commun de ces deux modèles se situe sur la mise en place d'une puissante cyclogénèse sur le bassin Méditerranéen. Ce scénario est on ne peut plus favorable à la mise en place d'épisodes neigeux sur l'arc méditerranéen. Il est bien évidemment trop tôt pour savoir si ce seront les côtes Italiennes, Provençales, Corses, Languedociennes ou Roussillonnaises qui seront impactées, mais la probabilité de neige s'est accrue ce mercredi. Tout dépendra d'où se positionneront les petites anomalies dépressionnaires. Si ces dernières sont trop enfoncées en mer, il fera très froid (flux d'Est) mais la neige restera au large dans le golfe du Lion. Si à contrario les dépressions sont suffisamment proches des côtes, les chutes de neige ne peineront pas à nous concerner. Ces détails seront plus facilement prévisibles à compter de dimanche, lorsque la première anomalie froide balaiera la France. 




Quant aux températures... 

Vous êtes nombreux à nous demander jusqu'où les températures vont-elles s'abaisser. Il est malheureusement difficile de répondre à cette question pour le moment, tant ces dernières dépendront des conditions météorologiques quotidiennes. Toujours est-il qu'une anomalie par rapport aux normes de -5 à -10°C semble être une fourchette raisonnable pour la semaine prochaine avec de fait des gelées généralisées et parfois sévères dans l'intérieur (-10°C possibles dans les plaines déventées) et des températures maximales très froides (à peine positives sur les plaines littorales, voires négatives dans les secteurs ventés). Mistral et tramontane devraient souffler, accentuant très nettement la sensation de froid. Ci-dessous, vous pouvez retrouver une estimation des températures ressenties modélisées par GFS en cette fin d'après-midi : 

Image titleCarte : Modélisation sur les températures ressenties. Source : MétéoCiel


En conclusion : le risque de vague de froid persiste pour la semaine prochaine, avec un dynamisme qui diffère d'un modèle à l'autre. Tous s'accordent sur des températures bien en dessous des normes de saison, mais nous ne savons pas encore où circuleront les anomalies dépressionnaires avec précision. Ces dernières conditionneront la sévérité de ce coup de froid ainsi que le potentiel neigeux qui, nous le rappelons, s'est accentué aujourd'hui. Comme toujours, nous vous rappelons qu'un revirement de situation ne peut être totalement exclu, notamment dans le cas où l'anticyclone vient à s'écraser sur le pays. Ce scénario est très improbable pour l'heure (moins de 10% de probabilité) mais ne peut être totalement ignoré. Enfin, nous tenons à dire à chacun que pour le moment, cette vague de froid ne s'apparente pas à 1956 ou 1985, bien que les mécanismes hémisphériques en sont très proches... 

Il conviendra de suivre attentivement l'évolution de la situation. Cette configuration météorologique étant très atypique, les modèles numériques de prévision "patinent" à cette échéance (environ J-5). C'est pourquoi il convient d'employer le conditionnel et de rester prudent vis à vis du potentiel attendu. Un prochain point détaillé vous sera proposé demain en fin d'après-midi. 


Partager sur