Prévisions & Suivi en temps réel

Une semaine orageuse en perspective sur le Sud de la France ?

De nombreux orages ont finalement concerné le Roussillon hier soir. Nous avons pu relever 113,8 mm de pluie tombée en un peu plus d'une heure sur notre station située à Torreilles (66). Ces orages se sont ensuite évacués en mer avant de remonter temporairement sur la moitié Est du Gard et la vallée-du-Rhône, sans sévérité particulière. La prévision a été particulièrement délicate. En effet, les modèles de prévision pataugent énormément en ce moment notamment à cause de l'activité cyclonique accrue sur l'océan Atlantique. Ces phénomènes sont très mal appréhendés par les modèles numériques comme nous vous l'évoquions dans notre article publié hier. Nous vous parlons depuis maintenant plusieurs jours, d'un probable risque orageux qui pourrait concerner le Sud de la France la semaine prochaine.

L'incertitude autour de ce risque orageux est à nouveau grande. Les deux principaux modèles de prévision à moyen/long terme sont sans cesse en désaccord. L'un évoquant un risque orageux un jour tandis qu'à l'inverse l'autre ne déclenche aucun orage sur la même période. Il est donc très délicat de vous affirmer avec certitude que ce risque concernera notre région la semaine suivante. Nous allons vous expliquer en détails dans cet article quelles sont les incertitudes observées ainsi que notre avis concernant la prévision de la semaine qui nous attend.

Comme vous pouvez le voir sur les cartes ci-dessus, le scénario ne diffère que très peu entre les deux modèles CEP et GFS. En revanche, le résultat en terme d'orages est totalement différent. Sur la carte du haut (modèle CEP), on peut voir que la dépression se trouve plus proche du golfe de Gascogne, ce qui induit un talweg plus profond et mieux placé pour le déclenchement de cellules orageuses sur notre région. Sur la carte du bas (modèle GFS), on peut constater que la dépression est proche de l'Irlande ce qui induit un talweg moins profond et moins bien placé pour notre région. Dans cette configuration, c'est sur l'Espagne que les orages se déclencheraient.

Pour vous illustrer cette différence nous vous proposons de regarder les cartes de précipitations des deux modèles à la même échéance. Ci-dessous, les deux cartes du haut provenant du modèle CEP, nous montrent le potentiel d'épisode assez fort sur notre région. Attention, ne pas tenir compte des valeurs de précipitations modélisées. En effet, à de telles échéances, ces projections servent uniquement à nous donner une indication concernant le type de temps observé ainsi qu'une première analyse concernant l'intensité des orages prévus. 

Sur les cartes du bas, appartenant au modèle GFS, nous avons volontairement centré la carte sur l'Espagne pour vous montrer la différence en ce qui concerne la localisation de ces orages. Comme vous pouvez le constater, sur ce modèle, ces cellules orageuses se déclencheraient sur une bonne moitié Est de l'Espagne et notamment sur la Catalogne. En revanche, vous le voyez en haut à droite de ces deux cartes, le risque est quasiment nul sur notre région. Nous tenions à vous exposer la problématique concernant la prévision à de telles échéances. Lorsque tous les modèles sont en accord nous pouvons nous permettre de vous donner une prévision avec quasi-certitude, mais lorsqu'il y a de telles différences comme celles exposées ci-dessus nous nous devons de rester prudents.

Vous vous demandez peut-être ce qui nous attend ensuite ? Nous devrions alterner entre période agitée et période plus anticyclonique. Un temps assez classique pour une fin septembre. Nous appelons ce type de temps un régime ondulatoire. Vous pouvez le voir sur les cartes ci-dessous, les ondulations vont se succéder sur le pays, donnant un temps perturbé avant le retour de conditions plus calmes ensuite. Nous reviendrons plus en détails sur le risque orageux attendu la semaine prochaine dans un prochain article. Nous pourrons à ce moment là vous apporter plus de certitude. 

Partager sur