Prévisions & Suivi en temps réel

Tendance saisonnière pour décembre : noël au balcon ou au tison ?

Tout d'abord, nous tenons à rappeler que l'élaboration de prévisions saisonnières est un exercice délicat qui nécessite l'analyse de nombreux paramètres. Une tendance pour le mois de décembre vous est proposée mais cette dernière n'est pas à prendre au pied de la lettre. 

Tendance pour la première quinzaine de décembre : 

Une dorsale anticyclonique bien structurée devrait persister durant cette période entre l'Espagne, la France et la Grande Bretagne. Par moment, cet anticyclone pourra s'étendre en direction de la mer de Norvège voire vers l'Islande. Les descentes arctiques devraient continuer de concerner l'Est de l'Europe, entre la Scandinavie, la Pologne, la Roumanie et les Balkans. Dans ce contexte, de nombreuses inversions thermiques sont à attendre sur la France. Les régions méditerranéennes ne devraient pas déroger à la règle avec des températures fraîches le matin en plaine puis douces l'après-midi. En montagne, le temps s'annonce plutôt doux avec peu ou pas de neige. Des passages nuageux - sous la forme de brumes en début de matinée et/ou d'entrées-maritimes - seront régulièrement possibles, en raison d'un flux de secteur Sud-Est peu dynamique. La carte ci-dessous illustre parfaitement l'anomalie de pression attendue entre le proche Atlantique et l'Islande. En empêchant au flux d'Ouest de pénétrer sur le pays, cet anticyclone protège des fortes dégradations et des tempêtes habituellement observées en cette saison. Nous nous attendons donc à un temps assez calme et plutôt doux sur l'arc méditerranéen. L'Eurasie devrait continuer de s'enneiger par contre, ce qui est un indice à considérer pour la continuité de l'hiver. 


Anomalie de géopotentiels à 500hPa. Source MétéoCiel


Tendance pour la deuxième quinzaine de décembre : 

Les conditions hivernales pourraient s'accentuer durant cette période, avec un axe anticyclonique qui se décalerait progressivement vers l'Atlantique. Ceci aurait pour conséquence de favoriser la mise en place d'un vaste système dépressionnaire sur l'Europe qui par moment est susceptible de déborder vers l'Europe Occidentale et donc la France. Bien évidemment, il est encore difficile de savoir jusqu'où progressera l'air froid (Allemagne ? Est de la France ? Arc méditerranéen ? Espagne ?...) mais à l'heure de rédaction de ce bulletin, nous misons sur des conditions devenant graduellement plus hivernales sur le pays. Si le flux pivote au secteur Nord, l'air froid progressera jusqu'aux contrées méditerranéennes mais le temps sera sec. Si le flux devient continental ce qui à cette heure n'est pas totalement exclu au regard des réserves froides sur l'Eurasie et des signaux modélisés, nous pourrions basculer sur une salve hivernale un peu plus musclée. 


Anomalie de géopotentiels à 500hPa. Source MétéoCiel

L'indice AO, présenté ci-dessous, caractérise la différence de pression entre les latitudes polaires et les latitudes moyennes. Ainsi, quand l'AO est positive, les conditions météorologiques ont tendance à être très froides au pole, où le vortex polaire est concentré. A contrario, cette configuration favorise un flux d'Ouest dynamique à nos latitudes, engendrant un temps plutôt doux. Quand l'indice AO est négatif, le vortex polaire est plus facilement déconcentré. En raison des ondulations qui se produisent à l'échelle hémisphérique, la circulation zonale (le flux d'Ouest) est ralentie à nos latitudes. Cette configuration favorise la mise en place de flux méridiens et de blocages nordiques, pouvant aboutir sur des conditions plus froides sur notre pays. Actuellement, l'indice AO est proche de zero, voire légèrement négatif, ce qui explique les ondulations qui se mettent en place sur nos contrées. Plus à long terme et toujours dans cette démarche de prévisions saisonnières, nous pouvons constater que les différents scénarios sont éclatés de façon équitable : la moitié penchent pour une AO très négative et donc favorable aux blocages hivernaux. L'autre moitié simulent une AO fortement positive qui pourrait favoriser un temps plus doux. 

Indice AO. Source : National Weather Service

Il est enfin à souligner que la France est un pays situé au carrefour des influences avec l'Océan à l'Ouest, la Méditerranée au Sud, les flux continentaux à l'Est et la fraîcheur humide via la Manche. Ceci rend encore plus difficile l'élaboration de tendances saisonnières. Difficile de miser sur un Noël au balcon ou d'espérer qu'il se déroule au tison, mais tous les espoirs semblent autorisés cette année. En conclusion, nous pensons que la première quinzaine sera anticyclonique, avec fraîcheur relative en matinée et douceur l'après-midi. La deuxième quinzaine pourrait marquer la baisse des températures sur la France, avec un temps devenant plus perturbé. A préciser d'ici là... ! Nous surveillerons bien attentivement l'évolution des projections saisonnières pour vous informer dans les prochaines semaines. 


Partager sur