Prévisions & Suivi en temps réel

Tendance météo pour le mois de septembre : épisode pluvieux ? Chaleur ? Orages ?

Il est nécessaire de la rappeler à chaque article concernant une tendance sur le long terme. A chaque fois, certains confondent prévisions et tendances. Il n'est pas question de jouer sur les mots pour évoquer la même chose mais de différencier deux analyses bien différentes. La prévision se fait à court terme de l'ordre de quelques jours tout au plus. Il s'agit de donner le temps qu'il va faire de manière la plus précise possible que ce soit sur les secteurs ou bien le type de temps. Comptez quatre ou cinq jours d'échéance voire une semaine lorsque les scénarios sont assez bien dessinés. Ici nous allons vous présenter une tendance. Celle-ci s'étend sur la totalité du mois de septembre.

Cela reste un exercice délicat. Il est question de déterminer les grands centres d'actions qui influenceront le temps global pour les trente prochains jours. Exemple concret : annoncer un mois plus frais ne veut pas dire qu'il ne fera pas chaud pendant une semaine. Cela signifie que sur la moyenne du mois complet, les températures pourraient être en-dessous des moyennes de saison. Une fois ceci compris, nous vous proposons ci-dessous notre tendance pour le mois de septembre 2018.

Réalisation : Météo-Languedoc

Les différents indices semblent tous converger vers un scénario qui a pris encore plus de galon ces derniers jours. Assez atypique pour la saison mais c'est un grand classique pour cette année 2018 : les hautes pressions devraient être récurrentes entre l'Europe du Nord et la Scandinavie. Cet anticyclone Scandinave nous a apporté la neige en février et il a également été souvent présent durant le printemps laissant passer de nombreuses dépressions près du bassin méditerranéen avec son lot d'orages. Il en était de même cet été et cela pourrait ainsi perdurer au moins pour le début de cet automne. Mais alors, quelle conséquence cela pourrait avoir ?

Premier constat, à l'opposé de cette bulle anticyclonique, des basses pressions pourront circuler près du bassin méditerranéen. Ces dépressions pourront glisser sous l'anticyclone d'Ouest en Est mais également d'Est en Ouest. On pourrait alors plusieurs variantes de temps assez marquées durant ce mois de septembre. Effectivement, nous pourrions avoir quelques transitions entre les différentes périodes où les hautes pressions s'isoleront sur la Scandinavie.

Source : Météociel

Important ! Surtout ne vous focalisez pas sur les dates des cartes ci-dessus. Cela ne veut rien dire. Nous les avons choisi uniquement dans le but de vous démontrer les scénarios probables durant le mois. Sur ces deux cartes, nous avons une anomalie de hautes pressions près de la Scandinavie. Ainsi, nous allons vous démontrer qu'avec une même situation, les conséquences pourront être bien différentes sur notre pays. A gauche, nous nous situons dans l'alimentation des hautes pressions. Conséquence directe avec un temps assez chaud et sec. En revanche, sur la carte de droite, les hautes pressions se sont décalées vers l'Est de la Scandinavie. Les basses pressions ont plus de facilité à se rapprocher de la France. Dans ce cas, nous pourrions avoir des épisodes méditerranéens.

En résumé, nous nous attendons à un mois de septembre globalement chaud, légèrement aux moyennes de saison sur l'ensemble du mois. Cependant, si une goutte froide venait à glisser sous l'anticyclone Scandinave, une courte période plus fraiche n'est pas exclue. Concernant les précipitations, comme souvent à l'entrée de l'automne, l'attente est grande sur de possibles épisodes méditerranéen et/ou cévenols. C'est pourquoi trancher sur un simple "oui" ou "non" concernant ce risque reste délicat. Au vu de la synoptique envisagée, nous redoutons des dégradations pluvio-orageuses durant ce mois de septembre. La situation ne semble pas si franche comme en 2014 ou l'anticyclone était positionné sur la Russie.

Source : tropicaltidbits

Autre élément important venant compliquer nos analyses : l'activité cyclonique dans le bassin Atlantique. Nous sommes dans la période des cyclones. Certains sont d'ores et déjà modélisés dans l'Océan. Bien évidemment, l'Europe n'est pas directement concernée. En revanche, ces petites dépressions dynamiques donnent du fil à retordre aux modèles de prévision ajoutant un cran supplémentaire d'incertitudes. Pour conclure, cet automne s'annonce potentiellement assez chaud mais également humide et donc orageux contrairement à l'année dernière où il faisait suite à une sécheresse exceptionnelle.

Partager sur