Prévisions & Suivi en temps réel

Septembre sans orage, à quoi peut-on s'attendre pour octobre ?

Ce printemps, beaucoup ont souhaité le soleil et la chaleur. Car oui, rappelons-le, nous avons passé un printemps "pourri" avec des orages à répétition et des précipitations bien au-dessus des moyennes de saison. Ce temps orageux s'est poursuivi sur le trimestre juin / juillet / août bien que notre été fut assez agréable dans les grandes lignes. On retiendra notamment un épisode méditerranéen particulièrement précoce avec des cumuls qui ont atteint 300 mm le 9 août dans le Gard. Vous étiez nombreuses et nombreux à craindre cet automne (nous les premiers).

Pour autant, les dépressions méditerranéennes nous ont épargnées durant ce mois de septembre. Afrique du Nord et Espagne ont fait les frais de ces orages méditerranéens tandis que notre région restait au sec. Les explications sont très nettes avec un bloc de hautes pressions qui migrent de temps à autres entre la Scandinavie, l'Europe du Nord et de l'Ouest. Autant vous dire que la dernière semaine de septembre est déjà pliée pour les orages.

Source : tropicaltidbits

Ci-dessus, il s'agit d'une tendance pour la semaine entre fin septembre et début octobre. Pour faire simple, les conditions devraient peu évoluer. Les hautes pressions resteront bien présentes sur le proche Atlantique et protègeront l'Europe de l'Ouest. Les dépressions s'engouffreront sur l'Europe centrale. Conséquence directe avec un flux qui s'orientera au Nord sur le pays. Celui-ci sera favorable à un temps sec sur les régions méditerranéennes, souvent venté et plus ou moins frais pour la saison en fonction des ondulations et des inversions thermiques sous la cloche anticyclonique. Première conclusion : nous nous attendons à une première moitié d'octobre globalement sèche avec des températures qui oscilleront légèrement sous les moyennes de saison.

Finalement, l'anticyclone des Açores a souvent été absent depuis le début de l'année 2018. Il pourrait donc rattraper son retard au cours de l'automne. Durant la deuxième moitié d'octobre, nous nous attendons à peu de changement. Les dépressions pourraient être plus dynamiques. Elles le sont naturellement avec l'avancée de la saison et elles pourront donner un peu de mal à ce bloc anticyclonique qui pourrait céder temporairement. En bref, fin octobre est plus incertain mais pour l'instant rien ne semble bien cerné. Sans l'exclure, le risque d'épisode méditerranéen et/ou cévenol ne semble pas évident.

Source : Météo-France

Peut-on parler de sécheresse ? La réponse n'est peut-être pas celle que vous attendez. Les apports en eau ont été importants ce printemps et les nappes ont été bien rechargées. Le constat est le même concernant la sécheresse des sols comme on peut le remarquer sur la carte ci-dessus. Sur les mois de juin à août, les sols sont globalement humides et même extrêmement humides sur l'Est de la région. Au 1er septembre, le BRGM indique que "les aquifères karstiques des régions de Montpellier et de Nîmes (...) confirment leur orientation à la baisse mais sont hauts voire très hauts pour cette période de l’année."

Ce mois de septembre sec a forcément modifié ce constat mais ce n'est pas en un mois qu'une sécheresse durable peut s'installer. Le contexte est plus alarmant pour les régions de l'Est où les niveaux sont déjà bas. Au final, cette fin d'année 2018 reste à surveiller. La situation n'est pas si grave qu'elle ne l'était l'année dernière où les mois secs s'enchainaient les uns derrières les autres. Pour conclure, l'avance prise en début d'année est encore effective mais un automne sec pourrait renverser cette situation et la tendance à moyen terme va dans le sens de précipitations qui resteront rares sur notre région.

Partager sur