Prévisions & Suivi en temps réel

Sécheresse 2017 sur le Languedoc : une évolution préoccupante !

Kayak Vert à Collias

Dans la continuité d'un été exceptionnellement sec, le mois de septembre a été très peu arrosé sur le Languedoc-Roussillon. Selon Météo-France, le déficit y dépasse 60%. C'est entre le Gard et l'Hérault que les cumuls ont été les plus faibles, souvent inférieurs à 10 mm. Il s'agit, après septembre 1985, du mois de septembre le plus sec depuis le début des relevés.

Le déficit pluviométrique n'a cessé de s'accentuer ces six derniers mois (avril/septembre). En moyenne, ce ne sont que 224 mm qui sont tombés sur le Languedoc-Roussillon ces six derniers mois, soit un déficit de 44% (Météo-France). Il s'agit d'un record depuis soixante ans, le précédant étant de 1967 avec 241 mm. 

En l'absence de précipitations significatives, la sécheresse superficielle des sols devient exceptionnelles et extrêmement préoccupante. Si l'on raisonne à l'échelle départementale, ces six derniers mois sont les plus secs relevés depuis le début des mesures entre l'Hérault, le Gard et l'Ardèche. En septembre, il n'est tombé que 5.4 mm à Nîmes (13% de la normale) et 7 mm à Montpellier.

En ce mois d'octobre 2017, la sécheresse des sols atteint de ce fait un niveau record de l'Hérault à la Corse, dans un contexte où les températures sont fréquemment au dessus des moyennes saisonnières depuis la fin du printemps. Ces niveaux de sécheresse favorisent l'éclosion de nombreux incendies, alors que nous sommes au cœur de la saison normalement la plus arrosée. L'étude cartographique de Météo-France ci-dessous l'illustre parfaitement :

Alors qu'aucune pluie véritablement significative n'est prévue ces prochains jours, les cours d'eau continuent de s'assécher, mettant en péril de nombreuses espèces naturelles. Pour le moment, aucun épisode cévenol et/ou méditerranéen n'est entrevu ces prochaines semaines. 

Partager sur