Prévisions & Suivi en temps réel

Risque d'orages forts et pluvieux ce mercredi !

Après la relative fraîcheur que nous allons connaître ce week-end, les températures repartiront à la hausse ce lundi grâce à la mise en place du vent marin. Il aura pour conséquence de ramener de l'air chaud et humide et donc de faire remonter les températures sur la région. Ce vent marin se mettra en place conséquemment à l'arrivée d'un talweg sur la France. L'air chaud et humide va accroître l'instabilité de la masse d'air près de la Méditerranée notamment entre mardi soir et mercredi soir où une dégradation pluvio-orageuse est attendue.

Lundi matin, les températures minimales seront encore bien fraîches (voir carte de gauche ci-dessous). En effet, le vent sera relativement faible durant la nuit de dimanche à lundi, ce qui aura pour conséquence de faire chuter les températures.  On pourra relever seulement 15 à 16°C à Nîmes et Montpellier, 16°C à Narbonne et seulement 4 ou 5°C dans le Nord de la Lozère à Langogne. Ces valeurs ne sont pas exceptionnelles, néanmoins elle sont tout de même en-dessous des moyennes saisonnières. L'après-midi, les températures maximales repartiront à la hausse avec des valeurs au-dessus des 30°C sur toutes les plaines de la région. On relèvera 31 à 32°C à Nîmes, 30 à 31°C du côté de Narbonne et 29 à 30°C à Perpignan.

Mardi, le talweg précédemment évoqué continuera sa course vers la France. Le flux marin s'orientera au secteur Sud-Est, ramenant de l'air chaud et humide. De ce fait, l'instabilité de la masse d'air va fortement augmenter entre la fin de journée de mardi et mercredi soir. Les valeurs d'instabilité pourraient atteindre 2000 à 2500 J/kg sur certains de nos départements (voir carte de gauche ci-dessous). Nous restons prudents quant à la localisation exacte de la zone qui sera la plus impactée. Néanmoins, il semble que les départements de l'Hérault, du Gard et de la Lozère soient en ligne de mire. Le Roussillon devrait également connaître un temps pluvieux mais dans une moindre mesure.

Un autre facteur aggravant pourrait venir se coupler à l'instabilité déjà bien présente. En effet, on peut distinguer qu'une méso-dépression (dépression de surface) devrait se former sur les littoraux entre les départements de l'Aude et de l'Hérault (voir carte de droite ci-dessous). Cette configuration aura pour conséquence d'augmenter l'apport en air chaud et humide et donc d'augmenter, encore plus, le potentiel d'orages. Le dynamisme d'altitude sera également à prendre en compte. En effet, une première anomalie de basse tropopause viendra dynamiser les déclenchements orageux mercredi matin avant le passage du forçage atmosphérique principal qui aura lieu durant l'après-midi. Un point complet et détaillé sera effectué dans les prochains jours pour affiner le phasage entre les forçages et l'instabilité. 

Sous les cellules orageuses les plus virulentes, des phénomènes marqués pourraient être observés. Les risques de grêle et de phénomènes venteux seront également présents, de façon très localisée Concernant les cumuls de pluies, il est encore tôt pour donner une estimation suffisamment précise tant en terme de quantité que pour la localisation. Néanmoins, selon nos services, des cumuls de l'ordre de 30 à 50 mm sont probables dans l'intérieur des terres entre l'Hérault, le Gard et la Lozère. Localement ces cumuls pourraient atteindre 60 à 70 mm en cas d'orages peu mobiles. Nous vous rappelons que toutes les communes ne seront pas impactées de la même manière et que ces cumuls seront répartis de manière hétérogène.

En fin d'après-midi, les orages s'évacueront vers la Provence en suivant le forçage principal. A l'arrière, le flux s'orientera au secteur Nord-Ouest permettant aux quelques nuages restant de s'évacuer par les littoraux. Vous pensiez que nous en avons fini avec ces orages ? Pas encore ! Un nouveau risque orageux est entrevu pour la journée de vendredi, avec l'arrivée sur la France d'un nouveau talweg en fin de vie. Des orages pourraient affecter toute la région d'Ouest en Est (voir carte ci-dessous). Compte tenu de l'échéance et de l'incertitude des modèles météorologiques, il conviendra d'attendre avant d'établir une première estimation de ce risque orageux. Nos services effectueront un nouveau point à ce sujet dans les prochains jours. 

Partager sur