Prévisions & Suivi en temps réel

Risque d'orages de chaleur la semaine prochaine !

Alors que chaleur et humidité dominent ces derniers jours, vous êtes nombreux à vous demander si l'on ne va pas le "payer" à un moment avec l'éclosion d'orages violents. Le lien entre changement brusque de températures et orages n'est absolument pas démontré. Nous pouvons très bien passer de températures fraiches à chaudes sans orages. C'est exactement ce qui s'est passé ce mois-ci où la transition s'est effectuée "en douceur". A l'inverse, nous pourrions très bien retrouver des températures plus fraiches sans orage si les conditions ne sont pas réunies pour. La semaine prochaine, nous allons globalement conserver cette chaleur même si elle pourrait s'atténuer en fin de semaine. Le risque d'orages pourrait lentement mais surement augmenter.

Pourquoi ? Car les hautes pressions étaient solidement vissées sur notre pays et plus généralement sur l'Europe. Elles vont laisser passer quelques faiblesses ces prochains jours. Ces petites anomalies ne seront pas nettes avec des pluies généralisées. Le soleil pourrait même briller la majeur partie du temps sur notre région. En revanche, l'atmosphère sera instable et des orages diurnes ou de chaleur pourront se déclencher dans un contexte de marais barométrique. Autrement dit, le flux sera mou avec une pression quasi égale de la pointe bretonne à la Corse (entre 1018 et 1020 hPa).

Source : Météociel

Comme sur l'image ci-dessus, on remarque qu'il n'y a ni dépression ni anticyclone, d'où le terme de marais barométrique. Cette situation est assez typique lors des journées estivales. Sans différence de pression bien établie, le vent est discret et souffle selon la topographie et les températures de chaque secteur. Ainsi, notre région est soumise aux brises marines du fait de sa proximité avec une mer fraiche. Ces petites brises viennent buter sur les premiers reliefs qui les obligent à monter. Ce phénomène s'appelle les brises de pente et c'est lui qui est à l'origine des orages de chaleur.

La convection s'enclenche sur les reliefs. Rapidement, les premiers cumulus s'amplifient en congestus puis cumulonimbus. Dans cette configuration, les plaines et littoraux échappent généralement au pic d'activité. 

Source : SMAS MAION Mathieu

Cette situation semble se profiler pour ces prochains jours. C'est pourquoi nous attendons essentiellement les premiers orages à proximité des reliefs. Les Cévennes d'une part et les Pyrénées d'une autre semblent particulièrement visées alors que les plaines devraient rester à l'écart, du moins dans un premier temps. Lundi puis mercredi, le risque d'orages de chaleur sera présent sur les zones précédemment citées. Au vu d'une instabilité assez importante, ils seront en mesure de générer très localement de la grêle. Nous insistons bien sur le caractère local de ces orages.

Cette convection diurne intervient dans un ciel souvent dégagé. Les secteurs à l'abri des averses profitera au final d'une journée ensoleillée et il sera difficile de se rendre compte qu'un orage de grêle touche les reliefs à seulement quelques dizaines de kilomètres par exemple.

Source : Kachelmanwetter

Enfin, les incertitudes sont toujours importantes pour ce type de phénomène convectif hyper-localisé. Un moindre défaut d'un paramètre atmosphérique pourrait venir contrecarrer la convection et donc les orages. La tendance pour le début du mois de mai reste très indécise et il est difficile de se prononcer avec certitude. Nous misons sur un régime ondulant. Autrement dit, nous pourrions alterner périodes chaudes et anticycloniques et périodes plus fraiches et perturbées.

Partager sur