Prévisions & Suivi en temps réel

Retour d'expérience : phénomène venteux destructeur dans l'Hérault

Météo-Languedoc

Dans la nuit du 23 au 24 novembre, une ligne orageuse particulièrement active balaie l'ensemble de la région des Pyrénées-Orientales au Gard. A son passage, elle génère de fortes rafales de vents, souvent supérieures à 100km/h. Aux alentours de 1h du matin, des dégâts liés à un phénomène venteux sont signalés sur la commune de Saint-Martin-de-Londres (34). Au même moment, l'imagerie radar est éloquente avec la ligne orageuse qui s'étire du large du Var jusqu'en Aveyron en passant par l'Est de l'Hérault (radar Infoclimat) :
Radar Infoclimat   
    L'équipe de Météo-Languedoc se rend sur place ce jeudi 24 novembre au matin pour établir une enquête de terrain afin de déterminer la nature du phénomène venteux. Sur place, la violence du phénomène est encore clairement visible. Un compte rendu des dégâts observés est alors établi sur une carte pour tracer la trajectoire du phénomène :

Météo Languedoc
   On observe des dégâts sur une distance d'environ 1,5km sur une largeur d'environ 100m à partir de la zone d'activité à l'entrée du village jusqu'à des maisons individuelles situées sur le Nord de la commune. Les dommages les plus conséquents se concentrent sur le point de départ du phénomène venteux même si l'école en centre-ville fut également bien impactée.  Dans la zone d'activités, on remarque des dégâts structurels sur le bâti avec des tôles arrachées et envolées sur plusieurs centaines de mètres, des murs en bétons endommagés, des grillages couchés mais surtout des voitures déplacées et même retournées avec force.  Plus loin dans le quartier pavillonaire du Moulin, quelques tuiles envolées, vitres cassées ou cheminées tombées sont signalés mais la base structurel en dur est intacte.

Tornade ou rafale sous orage ?

   
Au vu de l'importance des dégâts, la première hypothèse serait de conclure sur une tornade d'intensité modérée à forte (EF2 à EF3) capable de soulever une voiture sur plusieurs mètres. Première difficulté : Comment une tornade si forte ne peut-elle pas faire plus de dégâts sur des bâtiments en tôles ? D'autres parts, des arbres de faible dimension à seulement 2 ou 3 mètres sont intactes, comment se fait-il ? Pour y répondre, nous pensons que la surface sur laquelle s'exerce la force du vent est à prendre en considération. En effet, une voiture possède une emprise plus importante au vent qu'un arbre fin sans feuille.

Image title
    Enfin, nous avons étudié les caractéristiques des dommages observés. Par définition, une tornade est un tourbillon qui tourne dans le sens cyclonique (donc anti-horaire dans l'hémisphère Nord). De ce fait, les dégâts causés par une tornade laissent très souvent des indices montrant une rotation : herbe au sol couchée dans différentes directions, branches d'arbres torsadées ou étêtées mais aussi des projectiles projetés de part et d'autre de la trajectoire de la tornade.

    Au final, l'ensemble des dommages observés suivent une ligne droite quasiment parfaite (voir carte ci-dessus). De plus, les arbres sont tous couchés dans le même sens, les projectiles ont été transportés vers la même direction. Au final, il semblerait que ces dégâts soient condécutifs à une rafale descendante ou microrafale si l'on s'en tient à son extrême localité. Par ailleurs, la zone d'activité où est située les dégâts les plus importants est positionnée au pied d'une colline. Ce contexte topographique pourrait en partie expliquer la formation de rotor capable de soulever une voiture. Cette microrafale pourrait donc être estimée à 160km/h voire localement plus !

    Enfin, d'autres dégâts similaires ont été signalés sur la commune d'Adissan au nord de Pézenas à environ 50km de Saint-Martin-de-Londres sous cette même ligne orageuse. Cela pourrait corroborer l'hypothèse d'un potentiel de rafales sous cet orage. Toutefois, l'hypothèse d'une tornade n'est pas totalement exclue.


 ---------------------------------------------------------


  Nouvelle enquête :  éléments accréditant l'hypothèse d'une tornade

   Une nouvelle enquête a été menée par l'équipe de Météo-Languedoc sur la commune de Saint-Martin-de-Londres. Initialement, nous pensions que les dégâts étaient consécutifs à une rafale descendante, en raison de dégâts majoritairement disposés de façon linéaire et d'une végétation globalement épargnée. Toutefois, après avoir rencontré le propriétaire du véhicule retourné, nous avons su que ce véhicule n'a pas été projeté ou déplacé, mais directement soulevé sur place. Une telle cinétique n'est possible qu'en cas d'une forte aspiration, ce qui accrédite la piste d'un phénomène tourbillonnaire. D'autres dégâts, bien que localisés, laissent apparaitre des axes de convergence typiques lors d'une tornade.

Météo-Languedoc

Enfin, nous avons pu nous procurer les images d'une vidéosurveillance d'un bâtiment situé dans la zone d'activités (Arnaud Matériaux), accrédiant la piste du phénomène tourbillonnaire : 


Partager sur