Prévisions & Suivi en temps réel

Réchauffement climatique : de la fiction à la réalité

Source  : leldorado.info
Source : leldorado.info

Cette ébauche d'article n'a pas pour but de prendre part au débat des "pro réchauffement climatique" et des "climatosceptiques". Nous avons voulu exposer les problèmatiques auxquelles nous sommes confrontées et auxquelles nous le serons dans le futur. Il serait intéressant de creuser et détailler chaque information afin d'en tirer plusieurs hypothèses. Toutefois, le but ici est de résumer plusieurs pistes sur lesquelles nous serions amener à réfléchir plus longuement.

    Nous allons tout d'abord exposer les faits du changement climatique au cours du dernier siècle avec ses possibles conséquences avant de contextualiser ces observations sur une échelle de temps beaucoup plus importante.

    I)    Le réchauffement climatique : Une problématique moderne ?

Le réchauffement climatique, ou plutôt changement climatique dans le sens où celui-ci entrainerait un réchauffement global à l'échelle planétaire composé de refroidissements locaux, est devenue une cause mondiale connue de tous. Nous entendons des chiffres et statistiques de tous les côtés. Les conséquences annoncées sont parfois catastrophiques et très alarmantes (alarmistes ?!). Le principal responsable ? Nous, l'Homme et notre activité rejetant de plus en plus de CO2 augmentant l'effet de serre. Qu'en est-il de tout ça ? Comment déceler le vrai du faux ? Voici quelques chiffres :

Source : Sciencesetavenir    Nous pouvons donc voir ici une augmentation considérable de la concentration de CO2, notamment à partir des années 50. Qu'en est-il de la température ?


Source : IPCC, GIEC


Une fois de plus, les résultats sont sans appel et ne peuvent douter d'une autre interprétation. Les températures, après être sous les normes, ont subi une remontée au cours des années 1930 avant une stabilisation et une montée en flèche à parti des années 1980.

    Nombreuses sont les questions sur les conséquences possibles. Dès que l'on connait un épisode fortement pluvieux ou une période de beau temps avec des températures au-dessus des normes, les médias s'empressent de pointer du doigt le fameux "réchauffement climatique". Pouvons nous vraiment tirer des conclusions de changements locaux selon une cause mondiale ?

Voici un graphique illustrant le nombre d'épisodes pluvieux >300mm intervenus dans notre région depuis 1954. Les chiffres proviennent de la base de données de Météo-France :

Réalisation : Météo-Languedoc

On observe alors un nombre quasi-stable pour le Roussillon alors que l'on remarque une augmentation constante des épisodes pluvieux dans le Languedoc (Lozère, Gard et Hérault). Toutefois, cette étude statistique devra être poursuivi sur plusieurs décennies pour affirmer ou infirmer cette tendance. 

Le changement climatique est aussi souvent dénoncé lorsque l'on connait des inondations dramatiques. Les dernières en date du 3 Octobre 2015 dans les Alpes-Maritimes en sont l'exemple concret. La phrase type est la suivante : "On avait jamais vu ça !". Les causes sont-elles uniquement climatiques ? De nombreux paramètres peuvent expliquer l'augmentation des catastrophes de ce type. En premier lieu, l'urbanisation à outrance. Nous n'avons pas voulu rentrer dans les détails car ceci mériterait un dossier complet. Pour illustrer nos propos, une simple carte comparative suffira. Il s'agit du secteur de Lattes (34) au sud de Montpellier entre 1954 et 2015 :

Source : Géoportail

Il est ici question de démontrer que les questions pour lutter face au réchauffement climatique sont nombreuses. Cependant et en adméttant que les épisodes pluvieux ont toujours existé et existeront toujours, il serait peut-être plus judicieux de se soucier des problèmatiques locales d'aménagement en lien avec les risques naturels afin de réduire la vulnérabilité. Nous ne connaissons pas les conséquences du changement climatique à une échelle telle qu'une région. Malgré cela, dans l'optique d'un nombre croissant de catastrophes naturelles, il serait judicieux de réduire la vulnérabilité au lieu de lutter face à l'aléa lui-même.

    Toutefois, ceci ne règle pas la question des conséquences du changement climatique à l'échelle globale ? La fonte des neiges, la hausse du niveau des océans ? Pour répondre à ces interrogations, nous nous sommes intéressés sur le taux de CO2 et la température moyenne sur une échelle de temps plus importante.

 II)    Une répétition sans fin ?

Le taux de CO2 dans l'atmosphère n'a cessé de varié entre pic et creux. Il s'agit d'oscillations naturelles qui durent depuis plusieurs centaines de milliers d'années :

Source : Valérie Masson-Delmotte, modifié    

On remarque ici que les pics de teneur en CO2 correspondent aux pics de température. Nous sommes donc actuellement dans une période relativement douce. Ce graphique permet de relativiser l'impact de l'Homme. Nous osbervons ici que le taux de CO2 varie depuis des milliers d'années et que l'augmentation connue aujourd'hui n'est rien par rapport à ce que la Terre a déjà connu. Toutefois, nous pourrions dire qu'il s'agit de la première fois que l'augmentation est anthropique et non naturelle.

Si on étire encore plus l'échelle et que l'on s'intéresse aux paléoclimats en fonction de la température moyenne à la surface de la Terre, on observe aussi des changements importants sans équivaut avec ce que l'on connait actuellement :

Source : Frakes et al.

Au final, on ne peut nier que l'on connait actuellement un changement climatique à l'échelle mondiale. La terre a connu de nombreuses variations climatiques colossales, parfois brutales. Toutefois, c'est la première fois qu'une augmentation brutale de CO2 n'est pas naturelle. Même si cette hausse n'est rien à comparer de précédentes élévations, ce n'est pas une raison pour ne pas s'en soucier et penser à un futur plus prudent.
    En revanche, les annonces évoquant plus d'épisodes caniculaires, plus d'épisodes pluvieux plus intenses restent infondés. Les conséquences d'un réchauffement global sur des climats locaux sont encore inconnues.

Partager sur