Prévisions & Suivi en temps réel

Possibles orages stationnaires mardi entre l'Hérault et le Gard !

Nous connaissons actuellement un week-end estival avec un temps majoritairement ensoleillé et des températures se situant bien au dessus des moyennes saisonnières. Il y a également plusieurs jours que nous vous évoquons le possible - mais incertain - retour des orages pour la semaine prochaine. La première journée à risque est celle de mardi. Pour le moment, tous les modèles que nous utilisons ne sont pas en accord mais le risque d'orages peu mobiles et localement intenses semble croître.

Synoptiquement parlant, nous allons assister à la formation d'un talweg sur l'Atlantique, assez mal constitué il faut le reconnaître. Ce talweg, caractérisé par une zone de basses pressions étirées en forme de "V", sera piloté ce mardi par une dépression très dynamique positionnée sur l'Irlande. Dans le même temps, un creusement méso-dépressionnaire secondaire va se constituer sur les Baléares. Cette méso-dépression pourrait conditionner l'intensité et l'ampleur de cette dégradation, en fonction de son dynamisme et de son positionnement.

C'est précisément ce paramètre (la fameuse méso-dépression) qui fait l'objet d'incertitudes pour la journée de mardi. Alors que les modèles Européens CEP (mailles larges) et ARPEGE (mailles plus fines) voient la méso-dépression remonter dans le golfe du Lion, le modèle GFS la voit stationner au large de la Catalogne. Dans ce contexte, notre région resterait totalement à l'écart des pluies et des orages. Pour autant, compte tenu de l'étonnante stabilité des modèles CEP/ARPEGE et de leur fiabilité statistique, nos prévisionnistes misent sur un scénario se rapprochant de leurs modélisations.

Si l'on s'intéresse à la modélisation d'ARPEGE (carte ci-dessous), il est possible d'observer la formation d'un jet de basses-couches au large de la Camargue mardi, avec des rafales > 60 km/h. Ceci aurait pour conséquence d'apporter de l'air saturé en humidité et chaleur latente vers le Languedoc. Pour autant, qu'il s'agisse du modèle CEP et d'ARPEGE, l'instabilité atmosphérique modélisée n'est pas très importante. Les valeurs de MUCAPE resteront modérées, 600 à 800 J/kg environ.

La mise en place d'une convergence humide de basses-couches, associée à un flux moribond en altitude et à une instabilité atmosphérique modérée, pourrait favoriser la génèse d'orages notamment entre l'Est de l'Hérault, le Gard et la Camargue. Si le scénario reste intact, ces orages seront en mesure d'être peu mobiles et très pluvieux, particulièrement sur les plaines littorales, là où l'instabilité sera la plus significative.

Une première estimation des cumuls peut être envisagée. Préférentiellement près du bord de mer, les orages pourront produire des cumuls de 50 à 80 mm en peu de temps, passagèrement plus de 100 mm, en quelques heures. En remontant dans l'intérieur des terres, le risque d'orages violents semble plus faible, sans être totalement écarté. Il est à noter que le modèle GFS reste pour le moment sec. Nous ne pouvons exclure qu'il ait raison et que toute l'activité orageuse reste en mer. Ceci devrait être plus clair d'ici demain notamment. Ci-dessous, à ne pas prendre au pied de la lettre, retrouvez le scénario CEP :

Partager sur