Prévisions & Suivi en temps réel

Les images des plus violentes inondations depuis le XXe siècle en Languedoc-Roussillon

Midi Libre
Midi Libre
Kayak Vert à Collias

Les inondations sont considérées comme le premier risque naturel majeur dans les régions Méditerranéennes Françaises. Les nombreux événements diluviens qui se sont succédé depuis 1900 ont causé le décès de plusieurs centaines de personnes en Languedoc-Roussillon. A l'échelle de l'arc Méditerranéen Français, ce sont environ 250 personnes qui ont été retrouvées noyées depuis 1990. Au travers de cet article, nous ne reviendrons pas sur les processus météorologiques et climatologiques associés aux épisodes méditerranéens et cévenols. Ces derniers ont déjà été abordés.

Le pôle climatologie de Météo-Languedoc vous propose aujourd'hui une liste non exhaustive de certains événements destructeurs qui ont marqué le 20ème siècle et le début du 21ème siècle. La démarchée développée ci-dessous est de prouver que les épisodes diluviens existent depuis de nombreuses décennies et d'acculturer au mieux la population à ce risque majeur. 

Tout d'abord, revenons sur le terrible "aiguat" d'octobre 1940 dans les Pyrénées-Orientales. En quelques chiffres, cet épisode exceptionnel s'est déroulé du 16 au 20 octobre, générant des cumuls atteignant environ 1000 mm en 24h et jusqu'à  1930 mm sur la totalité de l'épisode (pluviomètre de Saint-Laurent-de-Cerdans). Le bilan humain est extrêmement lourd : environ 50 personnes dans les Pyrénées-Orientales et plus de 300 en Catalogne. Ci-dessous, une photo issue du site de l'Académie de Montpellier, réalisée en 1940 sur la commune de Villefrance de Conflent :

Le 30 septembre 1958, des crues d'ampleur exceptionnelles touchent l'ensemble des cours d'eau cévenols. Elles se propagent rapidement vers les plaines du Gard et sèment la désolation sur de nombreuses communes. Début Octobre, la direction des Ponts et Chaussées déclare "La crue a été d'un mètre supérieure à celle de 1907. Du 29 au 30 Septembre, il est tombé un demi-mètre d'eau, ce qui explique la soudaineté de la crue". A Alès, le Gardon passe de 50 cm à 5.5 m en peu de temps, soit une crue similaire à celle de 1743.

Au Vigan, les étendues agricoles sont dévastées et les usines totalement détruites. Le Gardon à Ners atteint un débit de 5 000 m3 par seconde. La mise en charge est si brutale que le pont de Ners cède. Une vague s'échappe de la rupture et tue dix-huit automobilistes entre Boucoiran et la Calmette. A Saint Martin de Valgalgues, on dénombre 4 morts. Il en est de même à Anduze, où une maison est emportée. Trois personnes meurent à Montclus, emportées par la Cèze, trois autres à Saint-Ambroix, noyées par des ruissellements d'une violence inouïe. Au total, ce ne sont pas moins de 35 personnes qui perdent la vie lors de ces dramatiques inondations.

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 1988, un système orageux de type rétrograde est venu stationner sur la ville de Nîmes et sa périphérie. Les intensités pluviométriques associées furent diluviennes. Les  cumuls de pluies en 12 heures sont exceptionnels : 420 mm au Mas de Ponge (en prenant en compte que le pluviomètre a débordé) dont 220 mm en 3h30. Conséquemment, les cadereaux de la ville ont connu des crues éclairs d'ampleur catastrophique. Ce sont de véritables torrents qui ont ravagé les rues de Nîmes.

Le niveau d'eau a atteint 1.8 m à différents arcs du Viaduc du pont Talabot, 2.4 m d'eau au carrefour de la route d'Arles et de l'avenue Roosevelt. Les dommages ont été colossaux : on dénombre un bilan humain de 11 morts, dont deux secouristes. Plusieurs personnes sont portées disparues. Les dommages sont estimés à près de 600 millions d'euros. 45 000 personnes sont sinistrées, dans approximativement 70 communes. Ci-dessous, la photographie de la maison carrée issue d'un référentiel d'hydropol : 

 Dans la nuit du vendredi 12 au samedi 13 novembre 1999, un système orageux particulièrement virulent impacte les départements de l'Aude, des Pyrénées-Orientales, du Tarn et une partie de l'Hérault. Durant cet épisode, ce sont près de 620 mm qui sont relevés à Lézignan-Corbières. Le bilan est lourd, 35 morts sur l'ensemble des départements concernés, 438 communes sinistrées pour un total de 260 millions d'euros de dommages. 

Les pertes environnementales sont aussi colossales avec 6000 hectares de vignobles détruits. Il en est de même d'un point de vue structurel : ce ne sont pas moins de 14 ponts qui sont inutilisables après ces inondations. Ci-dessous, retrouvez une image prise sur l'une des communes construites le long du bassin versant de la Salz, issue de Pavillon-Orange : 

Les 8 et 9 septembre 2002, un épisode pluvio-orageux d'une intensité exceptionnelle a sévèrement touché les départements qui bordent les Cévennes. Des lames d'eau diluviennes ont été observées sur les départements de l'Hérault, du Gard et du Vaucluse, ainsi que sur les portions rhôdaniennes du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. 

Ce ne sont pas moins de 300 mm qui ont été relevés par les pluviomètres de Météo-France entre le dimanche matin et le lundi apès-midi. Ponctuellement, ce sont 600 à 700 mm qui sont tombés sur le bassin Alésien et d'Anduze en moins de 24h, soit l'équivalent de huit à dix mois de précipitations.

Plus récemment en 2014, un épisode pluvio-orageux très intense s'est déclenché du 16 au 20 Septembre. Les cumuls de pluies les plus élevés concernent essentiellement les Cévennes et leur piémont. Les pluviomètres de Météo-France ont relevé 503 mm à Saint-Gervais-sur-Mare (34) ou encore 456 mm à Anduze (30). Les conséquences matérielles et humaines sont désastreuses : un camping est ravagé par une crue éclair à Lamalou-les-Bains où six personnes sont retrouvées noyées. Ci-dessous, retrouvez l'exceptionnel cliché de Ludovic Cabrita à l'entrée de Lamalou : 

Dans une démarche d'acculturation des populations aux risques naturels majeurs, notre bureau d'études dispose d'un pôle sensibilisation/communique préventive. Depuis 2014, près de 4000 élèves ont été sensibilisés par nos équipes au sein d'écoles primaires, de collèges et lycées ainsi qu'en facultés. Depuis peu, nous intervenons également au sein des collectivités afin de réaliser des conférences publiques. N'hésitez pas à nous contacter via ce formulaire si vous souhaitez en savoir davantage : nous nous déplaçons sur l'ensemble du territoire Français. 


Partager sur