Prévisions & Suivi en temps réel

L'orage de grêle du 17 août 2016 dans l'arrière pays Montpelliérain : vous souvenez-vous ?

Contributeur Météo Langueodc
Contributeur Météo Languedoc

Vous souvenez-vous ? Le 17 août 2016 - entre 14h45 et 15h30 - se produisait un violent orage de grêle à la limite du Gard et de l'Hérault, impactant lourdement les vignes à l'Est du Pic Saint-Loup entre Valflaunès, Claret ou encore du côté de Sauteyrargues. Au paroxysme de l'événement, les grêlons ont avoisiné 4 à 5 cm de diamètre, à quelques jours des vendanges. Ce système orageux s'est ensuite dirigé vers les plaines littorales, impactant lourdement la commune de Vendargues où certaines rues fûrent recouvertes d'un épais tapis de grêle. Un événement remarquable mais pourtant pas exceptionnel en France.

L'analyse des imageries radar de cet épisode grêligène est éloquente. Le système orageux a prit naissance vers 14h sur le piémont des Cévennes Gardoises, entre Colognac et Durfort, où de fortes pluies se sont produites. Profitant d'un environnement extrêmement instable et d'un axe de convergence bien dessiné à la limite du Gard et de l'Hérault, l'orage a gagné en maturité à 14h30, moment où il s'est approché de Quissac. C'est précisément à cet instant que les premières chutes de grêle ont été signalées. Vers 14h45, l'orage passe au dessus du Vidourle. C'est à ce moment qu'il s'est considérablement renforcé avec des grêlons atteignant 3 à 4 cm de diamètre, localement 5 cm. Il a ensuite continué sa trajectoire vers le Sud pour atteindre Vendargues à 15h15 locales. Ci-dessous, retrouvez la chronologie du déplacement de cet orage (radar : Infoclimat). 

Vers 14h50, le violent orage grêligène est passé sur Claret et Valfnaunès. Les grêlons photographiés (ici par Calou34) ont atteint un diamètre de 4 à 5 cm. De nombreux automobilistes ont été pris au piège sous cet orage. Sans surprise, les dégâts reportés sont lourds : carrosseries impactées, vitres brisées. Les communes les plus sévèrement impactées par les gros grêlons se situent entre Sauteyrargues, Claret et Valflaunès

Plus que les carrosseries, ce sont les viticulteurs qui ont payé le plus lourd bilan de ce terrible orage. Ce sont près de 1200 hectares de vignes qui ont été ravagés par la grêle en moins de trente minutes, soit 40 à 50% de l'appellation Pic Saint-Loup entre l'arrière pays Montpelliérain et les limites Gardoises. Selon le président de la chambre d'agriculture de l'Hérault, certains vignerons ont perdu 100% de leur récolte, à quelques jours seulement des vendanges. Les chutes de grêle ont été tellement violentes que certains cepts de vignes ont été déchiquetés, notamment sur les communes de Lauret et de Claret.

Outre la grêle, de fortes pluies se sont produites sur le secteur. Les cumuls ont atteint localement 40 à 50 mm en moins d'une heure. Ci-dessous, voici une photographie réalisée par un contributeur de France 3 dans les vignes situées à l'Est du Pic Saint-Loup. On peut y voir les rangées de vignes sévèrement endommagées : feuilles et ceps déchiquetés, grappes de raisins entièrement détruites. Peu après, la reconnaissance en calamité agricole fut déclarée pour vingt-trois communes

Du côté de Vendargues, les grêlons étaient de petite taille mais très abondants. Dans certaines rues, une couche de 20 à 30 cm de grêle s'est formée, donnant un paysage bien hivernal en plein été, comme en atteste ce cliché réalisé par un correspondant du Midi-Libre : 

Il aura fallu attendre la nuit suivante pour voir la grêle fondre sur Vendargues. Par ailleurs, l'orage a généré des rafales de vent atteignant localement 80 à 100 km/h. Ces fortes rafales de vent ont malheureusement engendré de gros dégâts avec des arbres qui ont été projetés sur la voie SNCF. Un TER qui transportait 219 passagers entre Nîmes et Montpellier a percuté à hauteur de Saint-Aunès l'un de ces arbres, à près de 140 km/h. Huit personnes ont été blessées, dont une gravement.

Vers 16h, la cellule orageuse s'est ensuite décalée jusqu'au bord de mer, offrant un spectable grandiose. La photo ci-dessous a été réalisée par Rodolphe Chapelot depuis Sérignan-Plage. Nous pouvons observer un arcus à l'avant de l'orage, une masse nuageuse abaissée en forme de rouleau et/ou d'arc (comme l'indique son nom) - induisant souvent un risque d'orages violents (fortes rafales de vent suivies de grêle). 

Nous profitons de cet article pour rappeler à tous les professionnels météo-sensibles que notre équipe dirige aujourd'hui le bureau d'études ARHYA spécialisé dans l'anticipation des risques hydrométéorologiques. Que ce soit pour les orages, la grêle, les fortes rafales de vent, la pluviométrie ou encore le gel, nous sommes en mesure de vous proposer des solutions d'anticipation et de lutte afin de vous protéger. Prenez contact via le formulaire ci-dessous : 


Partager sur