Prévisions & Suivi en temps réel

Et si février nous réservait encore des surprises ?

Météo-Languedoc

Ce début de mois tranche avec janvier. En effet, après un début 2018 particulièrement doux et humide, février dépeint avec un froid bien présent. Normal nous sommes en hiver diront certains. Alors oui et non ! Oui car ce froid est bien plus normal que la douceur exceptionnelle du mois précédent. Non, car nous sommes globalement sous les normes de saison. Par exemple à Montpellier, à ce 10 février, la moyenne des minimales est de 1,8°C soit 1,5°C sous la moyenne. Les maximales ont une moyenne de 9,5°C soit 3,3°C sous la moyenne. Nous sommes donc sur les bases d'un mois de février globalement froid.

Illustration de ce froid, nous avons eu droit à un épisode neigeux qui a touché de nombreux secteurs entre l'Est de l'Hérault et l'Ouest du Gard. La neige s'est invitée jusqu'en plaine (Montpellier par exemple) et a laissé une couche de plusieurs centimètres dans l'intérieur des terres. Mais la question est la suivante : l'hiver est-il fini ? Difficile de répondre d'un simple "oui" ou "non". Cependant, nous pouvons analyser certains indices qui nous amènerait vers une réflexion et un début de réponse.

Source : Pivotal Weather

Depuis quelques temps, certains scénarios à long terme (vers le 20 février) laissent entrevoir des possibilités hivernales. Habituellement, nous ne considérons pas ce type de modélisation. Pourquoi ? Car il s'agit de modèles dits "déterministes" qui sortent plusieurs fois par jour. Autrement dit, ils démontrent un scénario possible parmi tout un panel. La carte ci-dessus n'est donc qu'une illustration et n'est absolument pas à prendre au pied de la lettre. En effet, celle-ci met en lumière la mise en place de conditions anticycloniques durables sur le bassin Atlantique s'élevant sur la Grande-Bretagne jusqu'en Scandinavie. Ce type de configuration serait favorable à un flux d'Est continental et froid sur la France et notre région.

Mais quel crédit apporter à ce type de modélisation à si long terme ? Nous sommes face à une situation à plus de 200 heures ( 9 à 10 jours environ). Toutefois, nous nous concentrons sur le début de la mécanique qui se mettrait en place. Dans ce cas, nous réduisons l'échéance de 200 heures à seulement 140 environ (soit 6 jours). 

Source : Météociel

Ci-dessus, nous vous avons illustré l'échéance où se jouera la première partie. En effet, l'anticyclone des Açores pourrait s'élever tandis que les basses pressions viendront s'isoler sur l'Europe de l'Est avant d'entamer potentiellement le fameux "Moscou-Paris". Cela ne représente que la première étape. La seconde, qui est la plus difficile à appréhender, est de connaitre l'intensité de cette éventuelle coulée froide, de savoir quels secteurs seront concernés (Italie ? Allemagne ? France ?).

Bref, vous l'aurez compris, rien n'est joué et il n'est pas question d'annoncer avec certitude qu'une vague de froid viendra frapper notre région fin février. Ce que nous pouvons garantir que de nombreux indices sont en faveur d'un changement temps global dès le 20 février avec un blocage anticyclonique fort probable qui serait propice à un temps beaucoup plus hivernal. Nous sera-t-il favorable ? Nous continuons d'analyser les modèles et nous vous proposerons une analyse plus poussée dès demain en fin de journée. 

Partager sur