Prévisions & Suivi en temps réel

Épisode cévenol méditerranéen : point complet

Seulement quelques jours après le premier épisode méditerranéen de l'automne, une nouvelle dépression s'enfonce sur l'Espagne et une dégradation s'installe. Celle-ci possèdera à la fois les caractères cévenol et méditerranéen. Déjà bien en place ce dimanche, l'épisode se renforcera demain pour être à son paroxysme en cours de journée. Les cumuls deviendront significatifs et par accumulation avec le précédent épisode, des réactions des cours d'eau sont envisageables. Retrouvez dans l'article ci-dessous l'ensemble des informations sur les prochaines 36 heures avec la localisation et l'intensité de cet épisode.

Un talweg (prolongement d'une dépression) va s'isoler en goutte froide sur l'Espagne. Ce système accompagné d'air frais en altitude va soulever de l'air doux et très humide à l'avant sur notre région. Vous l'aurez remarqué, les températures sont assez douces dès le matin et l'ambiance était humide avec ces nombreuses entrées maritimes. Ce contexte favorables aux pluies méditerranéennes devrait persister jusqu'à mardi.

Source : tropicaltidbits

La première phase ce dimanche a concerné essentiellement les Cévennes et l'Hérault. Les grains pluvieux intermittents sur les plaines et littoraux étaient plus continus près des reliefs. Les intensités étaient souvent modérées à fortes. Ces pluies convectives se décalent lentement vers le Roussillon ce soir tandis que des pluies se maintiendront toute la nuit près des reliefs par orographie, typique des épisodes cévenols. Dans le même temps, une anomalie remontera d'Espagne cette nuit. Un axe pluvio-orageux intense va se développer entre cette nuit et demain sur les départements des Pyrénées-Orientales et de l'Aude.

Les lames d'eau horaires et tri-horaires pourront être conséquentes et seront en mesure de générer des ruissellements sous les cellules les plus vigoureuses entre les Albères, les Corbières et le Minervois. Cet axe fortement pluvieux se décalera lentement vers l'Hérault puis le Gard en cours de journée de lundi. On surveillera un risque de stationnarité sur le département de l'Hérault et sur les Cévennes où les cumuls de pluie depuis le début de l'épisode deviendront significatifs.

Source : météociel

Cette aggravation demain touchera aussi bien les littoraux, les plaines que les reliefs. C'est pourquoi nous pourrons aussi parler d'épisode méditerranéen. Toutefois, les reliefs seront en ligne de mire de l'orographie et de ce passage pluvio-orageux. Ainsi, les intensités horaires seront plus fortes sur les plaines là où l'instabilité est la plus importante mais les cumuls totaux seront plus élevés sur les zones de reliefs là où les précipitations seront durables. Mardi puis mercredi, le temps restera sous l'influence du flux marin avec des passages nuageux et encore quelques pluies sur l'Hérault mardi puis sur le Roussillon mercredi. Toutefois, ces pluies resteront sans sévérité.

Au final, entre ce dimanche et jusqu'à mardi, les cumuls seront de 60 à 80 mm, localement 100 à 130 mm sur les plaines des Pyrénées-Orientales, de l'Aude et de l'Hérault. Sur les plaines du Gard, nous devrions rester en-dessous avec environ 50 mm sur l'Ouest du département, 10 à 20 mm en se rapprochant de la vallée-du-Rhône. Les secteurs les plus arrosés se trouveront entre l'Espinouse et l'Aigoual avec des cumuls de 200 à 250 mm, localement 300 mm. Ces derniers pourront faire réagir les cours d'eau et plus particulièrement les bassins versants de l'Orb et de l'Hérault. C'est pourquoi une carte des risques à l'échelle cantonale a été déclenchée (cliquez ici).

Source : WRF ARHYA / Météo-Languedoc

Outre les fortes pluies, on surveillera un risque de submersion marine sur les littoraux de la région. En effet, demain le vent marin va nettement se renforcer et des rafales de 90 à 100 km/h sont attendues. Associées à une élévation du niveau de la mer, ces rafales génèreront de fortes vagues. Les modélisations font état de vagues pouvant atteindre 3 mètres à 3 mètres 50 dans le Golfe du Lion. Le littoral Héraultais semble particulièrement exposé.

Source : MARC / Ifremer

Partager sur